Menu

Terradona collecte les références pour mieux trier


           



Maintes fois primée avec sa box « Cliiink » pour conteneur de tri sélectif intelligent, Terradona vient de lever 1,15 million d’euros pour l’industrialiser. Heineken l’a prise pour partenaire à Grasse.

Bien de jeunes pousses provençales se réjouiraient de pouvoir se targuer de tels partenariats… Née en 2013 et implantée à Rousset, Terradona a concrétisé sa nouvelle levée de fonds de 1,15 millions d’euros avec la Caisse des Dépôts (déjà impliquée sur sa 1ère levée en 2016 de 600 000 euros), EDF Une Rivière Un Territoire, le fonds de capital-risque de proximité PACA Emergence et Total Développement Régional. Quelques jours plus tôt, le brasseur Heineken France annonçait qu’il allait s’appuyer sur sa technologie « Cliiink » pour accroître en cinq ans de 5 000 tonnes supplémentaires la collecte et le recyclage de verre sur le pays de Grasse par le biais de Casino, arguant que « c’est une manière positive de stimuler le geste de tri par la récompense », selon son président, Pascal Sabrié. « Cliiink » est une solution intégrable sur n’importe quel point d’apport volontaire. Combinée à une application téléchargeable sur smartphone ou à une carte sans contact, elle enclenche une accumulation de points sur un compte individualisé rattaché à l’apporteur. En renouvelant régulièrement son geste de tri, il bénéficiera de réductions chez des commerçants, sur ses loisirs ou pourra contribuer à des actions caritatives. Le démonstrateur, testé durant 18 mois en 2016-2017 auprès de 40 000 habitants, sur 70 points de quatre communes ou quartiers d’Aix-Marseille-Métropole, a débouché sur une progression de 20% de la collecte de verre sur les 10 000 personnes qui ont adhéré au programme, une hausse de 5 à 10% du chiffre d’affaires chez les commerçants impliqués et un souscripteur sur deux a choisi d’effectuer un don à une association.

Solution Made in France

La levée de fonds va aider à lancer l’industrialisation du produit en grande série et à soutenir sa commercialisation. « Nous avons choisi de collaborer avec des partenaires français, pour les études, l’électronique, la plasturgie, la partie digitale, car nous sommes soucieux de sanctuariser les emplois dans les territoires » explique Mathieu Oliveri, cofondateur de la société avec Jean-Marc Toubiana et Bertrand Rouzaud. Terradona crée elle aussi de l’emploi au fur et à mesure qu’elle déploie sa box « Cliiink » à Monaco, Cannes-Mandelieu, Lens-Liévin, Cabourg… « Depuis le début de l’année, nous avons recruté quatre personnes et six autres suivront avant la fin 2018 » poursuit-il, en évoquant la signature imminente de deux autres métropoles de la moitié sud de la France. Terradona propose en complément de sa solution une gamme de services aux collectivités qui lui font confiance. « En augmentant les volumes de tri, l’économie peut s’élever jusqu’à 150 euros par tonne » assure Mathieu Oliveri, garantissant un retour sur investissement en cinq ans maximum. L’entreprise persiste dans sa R&D pour étendre sa technologie à la reconnaissance d’autres déchets que le verre.

Jean-Christophe Barla

Légende photo (JC Barla)

Depuis la présentation en 2015 de sa solution sur Connectwave à Rousset, Terradona a su convaincre plusieurs collectivités en France.

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Vendredi 4 Mai 2018 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter