Menu

Transports Papalino bientôt dans le giron des Transports Prévost


           



La société marseillaise de transport routier de marchandises Papalino, en redressement judiciaire depuis mars 2016, devrait tomber dans le giron de la société parisienne Transports Prévost. Le tribunal de commerce de Marseille doit examiner, ce lundi le 29 mai 2017, la seule offre de reprise.

« Qui pourrait bien reprendre les Transports Papalino ? », observait mi-mai 2017, un transporteur routier marseillais.

Le 29 mai prochain, Charles Prévost, Pdg des Transports Prévost, devrait présenter à la barre du tribunal de commerce de Marseille les modalités de rachat de l’entreprise dont le passif avoisine les 15 M€.

Cette offre de reprise, la seule, déposée à l’étude de l’administrateur judiciaire, Frédéric Avazeri, pourrait permettre de sauvegarder près de 200 emplois.  

Papalino, fondé en 1956, regroupe deux sociétés effectuant du transport routier de marchandises de produits alimentaires (secs, frais et surgelés) avec un parc composé de 180 cartes grises (camions et tracteurs) : SNT Papalino (124 salariés, 20 M€ de chiffre d’affaires) et Sarl Transports Papalino Bouis (82 salariés, 6 M€ de CA). Toutes deux sont placées en redressement judiciaire jusqu’en septembre 2017.

Autrefois basées dans le quartier de la Pomme à Marseille et à Plan d’Orgon, les deux sociétés ont déménagé en 2016 sur la zone des Estroublans à Vitrolles.

« La Sarl Transports Papalino Bouis et la Sarl SNT Papalino s’associent à la démarche de l’administrateur judiciaire sur la cession de l’entreprise qui permettra de sauver leurs emplois (…) ; elles admettent leur trop grande fragilité financière à présenter un plan de redressement », a  indiqué le tribunal de commerce de Marseille dans un jugement du 15 mai 2017.  

Patrick Vignapianio, gérant des transports Papalino, a confirmé étudier le plan de reprise par  Transports Prévost sans toutefois livrer les modalités de la cession. Reste à savoir si le transporteur de Bondy (280 salariés, 450 cartes grises) sera en mesure de remettre l’entreprise familiale sur de bons rails.  

Nathalie Bureau du Colombier

 

 

nbdc


Rédigé par nbdc, le Mercredi 24 Mai 2017 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter